La vanité de la nomenclature et autres écrits de jeunesse de Jean Piaget
Édition, Introduction et notes par Fernando Vidal, Mise en forme électronique par Chris Lalonde

Annexe V

Piaget nomenclateur

Le genre Limnaea est celui qui a le plus occupé Piaget en tant que taxinomiste malacologique. La limnée est un gastéropode pulmoné d'eau douce, très commun dans les lacs et les étangs. Piaget a crée une espèce, ainsi que plusieurs variétés nouvelles, dont aucune n'a été conservée par la taxinomie ultérieure (voir liste ci-après). Il convient donc de s'interroger sur sa pratique de la nomenclature.

La conception morphologique de l'espèce était la caractéristique fondamentale de la taxinomie que pratiquaient le jeune Piaget. Alors qu'aujourd'hui, la systématique emploie des critères anatomiques, physiologiques, éthologiques, chromosomiques, génétiques et biochimiques en plus du critère de la ressemblance morphologique, les malacologistes fin-de-siècle se fondaient exclusivement sur l'aspect extérieur des coquilles. L'espèce ne se différenciait de la variété que par la plus grande stabilité des caractères qui la définissaient. Plus un caractère était stable, meilleur il était pour caractériser une espèce; une catégorie inférieure telle que la variété se définissait par des traits moins stables que ceux de l'espèce. L'importance systématique attachée aux caractères morphologiques externes poussait à la création de catégories telles que la sous-variété ou la "forme", destinées à tenir compte des traits de plus en plus instables. Ceci aboutissait à des dénominations telles que: Clausilia Dubia Drap. var. Gallica Brgt. forma minor ou Arianta arbustorum L. var. alpicola Charp. sub-var. ex forma (formae intermedia, minima, conoidea, depressa).

En taxinomie malacologique, la conception morphologique de l'espèce suscitait des problèmes particulièrement épineux à cause de l'énorme gamme de variations des caractères conchyliologiques. Les organismes d'eau douce en général présentent une grande variabilité phénotypique. Etant sensible à des facteurs tels que la force et le volume des courants, la coquille des mollusques offre des nombreuses variations individuelles liées à un habitat particulier. En outre, il s'agit souvent d'espèces "polytypiques", c'est-à-dire comprenant plusieurs sous-espèces. Une sous-espèce est une population qui se trouve dans une zone distincte de l'habitat total de l'espèce; du point de vue génétique et phénotypique, les sous-espèces diffèrent peu entre elles. Confronté à une si grande variation et muni d'une notion morphologique des catégories taxinomiques, chaque auteur tendait à donner ses propres définitions et à créer de nouvelles espèces, en prétendant qu'elles étaient fondées sur une observation plus subtile et une description plus exacte.

Le cas extrême de cette tendance fut le naturaliste français Jules-René Bourguignat (1829-1892), auquel Piaget fait une allusion critique dans "La vanité de la nomenclature" (ch. VI). Convaincu qu'il allait introduire dans la systématique une objectivité et une précision inconnues jusqu'alors, il proposait que toute forme caractérisée par trois signes distincts et constants du contour de sa coquille fût considéré comme une espèce. Dès lors, comme même une petite variation pouvait fournir un trait spécifique, Bourguignat multiplia le nombre d'espèces. Dans le monde des taxinomistes, il serait taxé de splitter (split = diviser). Or, la plupart des classificateurs étaient des lumpers (lump = réunir) souhaitant réduire le nombre d'espèces dans une classification donnée.

Piaget, comme Paul Godet et leurs collègues, y parvenait en grande partie grâce aux séries continues. Les variations dans les caractères utilisés pour définir une espèce peuvent former une gradation ou série continue; et deux groupes ou individus unis par une telle série sont censés appartenir à la même espèce. Ainsi, la présence de continuité morphologique permettait aux systématiciens de rapprocher un groupe indéterminé d'un groupe déjà défini ou de réunir en une seule espèce des prétendues espèces. Des nombreux examples d'une telle approche se trouvent éparpillés dans l'oeuvre du jeune Piaget.[1]

Ce n'est que dans les années 1920 que les classifications basées sur les caractères conchyliologiques commencèrent à être remaniées à l'aide de considérations anatomiques.[2] La classification du genre Limnaea sera entièrement réformée seulement en 1950, lorsque Bengt Hubendick fait passer le nombre d'espèces passe de plus de 1000 à environ 40 — ce qui fait disparaître les créations du jeune Piaget.[3] Cependant, dans la mesure où Piaget créait surtout des variétés, il était aussi lumper qu'on pouvait l'être en utilisant les méthodes en vigueur à son époque et dans sa spécialité.

Les Limnées de Jean Piaget

La liste suivante comprend les noms créés par Piaget dans le genre Limnaea. Elle s'appuie sur l'énumération que Hubendick donne de tous les noms du genre.[4] Le nom créé par Piaget est suivi de la position systématique qu'il lui attribue (en général, celle de variété), du lieu où il en fait la description,[5] et finalement de la position systématique la plus probable selon Hubendick, suivi du numéro de page de sa monographie de 1951 où se trouve la révision. Points d'interrogations et autres commentaires proviennent également de Hubendick.

Limnaea

  • Yungi Piaget, nouvelle espèce (1912, 209); L. stagnalis L. ou L. palustris Müll.? (208)
  • acella, variété de L. Yungi Piaget (1912, 214); L. stagnalis L.? (178)
  • acutispirata, variété de L. Forelii Cless. (1912, 219); probablement L. peregra Müll. (179)
  • bollingeri, variété de L. stagnalis L. (1913, 616); L. stagnalis L. (182)
  • brotiana, variété de L. abyssicola Brot. (1912, 217); L. palustris Müll. (183)
  • dautzenbergiana, variété de L. limosa L. (1911, 339); L. peregra Müll. (185)
  • humilis, variété de L. Yungi Piaget (1912, 212); L. stagnalis L. ou L. palustris Müll. (190)
  • intermedia, variété de L. Yungi Piaget (1912, 212); L. stagnalis L.? (190)
  • laciniosa, variété de L. stagnalis L. (1911, 337); L. stagnalis L. (191)
  • macrostoma, variété de L. abyssicola Brot. (1912, 217); palustris Müll.? (193)
  • nigrita, "forme" de L. Yungi Piaget (1912, 214); L. stagnalis L.? (196)
  • obtusiformis, variété de L. Forelii Cless. (1912, 210); L. peregra Müll. (197)
  • roszkowskii, variété de L. profunda Cless. (1913, 618); L. stagnalis L.? (201)
  • roszkowskiana, variété de L. limosa L. (1913, 618); L. auricularia L.? (201)
  • sublittoralis, variété de L. limosa L. (1912, 220); L. peregra Müll. ou L. auricularia L. (204)
  • typica, variété de L. abyssicola Brot. (1912, 216); L. palustris Müll. (206)
  • ventriosa, variété de L. Yungi Piaget (1912, 213); L. stagnalis L.? (207)

Footnotes:

  1. Le plus élaboré se trouve dans J. Piaget, "Les limnées des lacs de Neuchâtel, Bienne, Morat et des environs", Journal de conchyliologie 59 (1911): 311-332, 2e partie. Cf. Annexe IV.12.

  2. Waclaw Roszkowski, dont Piaget contesta les classifications, en fut un des pionniers; voir en particulier sa "Contribution à l'étude des Limnées du lac Léman", Revue suisse de zoologie 22 (1914): 457-539. Aussi: Jules Favre, "Les mollusques post-glaciaires et actuels du bassin de Genève", Mémoires de la Société de physique et d'histoire naturelle de Genève 40 (1927): 171-434, pp. 236-249 pour les limnées.

  3. Bengt Hubendick, "Recent Lymnaeidae. Their Variation, Morphology, Taxonomy, Nomenclature, and Distribution", Kungliga Svenska Vetenskapsakademiens Handlingar 3 (1951): 1-223; voir aussi Hubendick, "An extensive biogeographic investigation: Its purposes and organization", Journal de conchyliologie 90 (1950): 35-41.

  4. Dans "Recent Lymnaeidae", 4e partie.

  5. 1911: "Note sur trois variétés nouvelles de mollusques suisses", Journal de conchyliologie 59 (1911): 333-340; 1912: "Les récents dragages malacologiques de M. le Prof. Emile Yung dans le lac Léman", Journal de conchyliologie 60 (1912): 205-232; 1913: "Les mollusques sublittoraux du Léman recueillis par M. le Prof. Yung", Zoologischer Anzeiger 42 (1913): 615-624. La liste donne l'année, suivie du numéro de page.


Jean Piaget Society Last Update: 30 June 1999
© 1999 Fernando Vidal, The Jean Piaget Society
Cover Page Previous File Table des matieres